Coronavirus : nous exigeons un délai unique au 15 juillet pour toutes les déclarations et le respect, Monsieur le Ministre, que notre profession mérite

ECF > Articles > Coronavirus : nous exigeons un délai unique au 15 juillet pour toutes les déclarations et le respect, Monsieur le Ministre, que notre profession mérite
coronavirus-nous-exigeons-un-delai-unique-au-15-juillet-pour-toutes-les-declarations-et-le-respect-monsieur-le-ministre-que-notre-profession-merite

Coronavirus : nous exigeons un délai unique au 15 juillet pour toutes les déclarations et le respect, Monsieur le Ministre, que notre profession mérite

Hier soir, au JT de 20 h, Gérald Darmanin s’est exprimé sur la légère adaptation du calendrier de dépôt des déclarations d’impôt sur le revenu. Le même Ministre qui, selon les messages du président du CSOEC il y a encore quelques jours, « était à l’écoute des remontées de terrain et a affirmé son soutien à notre profession… »

QUELS SONT AUJOURD’HUI LES DÉLAIS OBTENUS PAR LE CSOEC ?
  • Date limite pour les liasses fiscales : 31 mai 2020
  • Date limite pour les déclarations de revenus (en ligne) : 11 juin 2020
  • Déclarations TVA CA 12 : 5 mai 2020.

Ces dates limites sont totalement irréalistes quand, justement, nous savons ce qui se passe sur le terrain pour de très nombreux cabinets.

MONSIEUR LE MINISTRE, MONSIEUR LE PRÉSIDENT DU CSOEC, L’URGENCE POUR LES PROFESSIONNELS N’EST PAS LE DÉCLARATIF !

Beaucoup de cabinets sont « sur le pont » pour aider et sauver les entreprises dans cette période inédite d’un frein très brutal de l’activité économique. Les professionnels se battent pour la mise en place d’activités partielles chez les clients avec des codes qui n’arrivent pas, des dysfonctionnements du site, pour effectuer des prévisionnels de trésorerie, pour décrypter tous les nouveaux textes qui quelquefois se contredisent.

FACE À CETTE SITUATION, ECF EXIGE UN DÉLAI UNIQUE AU 15 JUILLET 2020

Afin d’aider les entreprises et d’amener aussi de la sérénité à nos cabinets, nous demandons un délai unique au 15 juillet pour toutes ces échéances déclaratives.

Ce délai est primordial au regard de l’état actuel de la crise sanitaire que nous affrontons aujourd’hui ; il pourra être modifié si cela s’avère nécessaire.

Par ailleurs, nous demandons que, pour tous les retards de dépôt jusqu’au 31 décembre 2020, aucune sanction ni majoration de retard ne soient appliquées.

À SITUATION EXCEPTIONNELLE, MESURES EXCEPTIONNELLES

Jamais nous n’avons vécu une telle situation. Elle provoque beaucoup d’inquiétude chez nos clients et aussi nos confrères et consœurs. Nous devons tout faire pour tous les aider et prioriser nos travaux. Notre institution nationale, le CSOEC, doit œuvrer pour apporter le plus de sérénité à la profession qui, aujourd’hui, est fortement exposée. Notre institution et ses élus de la majorité doivent sortir de leur mutisme et se rendre compte du quotidien de nos cabinets !

Les réflexes d’avant-crise doivent laisser la place à l’efficacité et au pragmatisme pour que nous puissions gagner cette guerre sanitaire et économique.

About the Author

louis Louis