Fidepros, la caverne d’Ali Baba méconnue des experts-comptables… (2/2)

ECF > Articles > Fidepros, la caverne d’Ali Baba méconnue des experts-comptables… (2/2)
fidepros-la-caverne-dali-baba-meconnue-des-experts-comptables-2-2

Fidepros, la caverne d’Ali Baba méconnue des experts-comptables… (2/2)

Par Alexandre WALLIANG / Expert-comptable – commissaire aux comptes

Découvrez deux nouveaux outils : Prévention by Myfides et Développement by MyFides

Dans la première partie de ce double article[1], avaient été exposés les outils « historiques » proposés par FIDEPROS (Financement des Engagements – Prévention des Risques – Obligations Sociales), association créée par des experts-comptables pour les experts-comptables.

Il y était notamment question de l’application FIDESoft, devenue « IFC by MyFides », relative aux indemnités de fin de carrière (IFC), ainsi que du pack PROS-RPS pour la Prévention des Risques et Obligations Sociales – Risques PsychoSociaux.

Depuis sa création, avec un esprit novateur, l’association a toujours eu comme but de transformer une obligation d’origine légale, règlementaire, etc. en un levier pour une mission de conseil, d’accompagnement des clients.

Quel expert-comptable n’a pas eu un petit moment de bouillonnement face aux nouvelles obligations déclaratives instaurées ces dernières années ?

Pour ne citer que les plus emblématiques : le fichier des écritures comptables (FEC) et la déclaration sociale nominative (DSN). Aujourd’hui, ceux-ci sont entrés dans le quotidien des cabinets, parfois non sans heurts, mais il est clair que nous ne reviendrons plus en arrière.

De ces fichiers à produire mensuellement, trimestriellement ou annuellement, il serait véritablement aberrant tant d’un point de vue économique qu’intellectuel de s’arrêter à leur production pure et simple ! La matière existe, elle se présente sous un format standardisé et elle est (très) riche. Qui plus est, chaque cabinet en connaît et en maîtrise le contenu.

Avec ces « contraintes » déclaratives, chaque cabinet génère de la « data », à destination des administrations et des organismes sociaux notamment.

Dès lors, ne nous contentons pas de ce rôle de producteur et utilisons ces abondantes données, pour construire des missions à forte valeur ajoutée pour nos clients.

Dans l’esprit d’une des célèbres maximes de Peter Drucker, « on obtient des résultats en exploitant des opportunités, non en résolvant des problèmes », FIDEPROS a conçu et lancé progressivement en 2019 de nouveaux outils au service des cabinets : Prévention by Myfides et Développement by MyFides.

Dans ces lignes, nous abordons ces deux nouveaux outils.

Prévention by Myfides

Prévention by Myfides constitue un outil pour détecter en amont les défaillances des entreprises, grâce à une série de ratios de solvabilité générés à partir du FEC.

Pour mémoire, lorsqu’une entreprise rencontre des difficultés, elle peut faire l’objet d’une procédure collective, selon trois types, en fonction de la gravité de la situation :

  • La procédure de sauvegarde : l’entreprise ne se situe pas en cessation des paiements et elle est déclenchée sur une démarche volontaire du dirigeant et dans une optique de prévention ;
  • La procédure de redressement judiciaire : la cessation des paiements est constatée et un redressement est possible ;
  • La procédure de liquidation judiciaire : il y a cessation des paiements et le redressement est manifestement impossible.

La détection des difficultés des entreprises le plus en amont possible augmente considérablement les chances qu’une issue favorable puisse être trouvée : dans l’idéal, un accord amiable avec les créanciers (fournisseurs, banquiers, etc.) permettant la relance, au-delà de la simple continuation, de l’activité.

A l’inverse, une détection tardive conduit dans la majorité des cas à l’ouverture d’une liquidation judiciaire, soit une voie avec une seule issue : la fin de l’entreprise et de tout ce qui la compose.

La création d’un outil capable de mettre en exergue les premiers signes de faiblesse pour une entreprise apparaît donc comme un allié précieux pour nos clients.

D’ailleurs, cet angle « détection / prévention » est aussi un sujet dont l’administration fiscale s’est saisie puisqu’elle a indiqué travailler à la création d’un outil préventif au service des procédures collectives par l’utilisation du big data (liasses fiscales, déclarations de TVA, DSN, etc.).

Pour FIDEPROS, concrètement, l’outil Prévention By Myfides suit deux étapes : l’intégration des données, puis leur analyse.

En premier lieu, les FEC sont intégrés dans l’application et les états financiers sont reconstitués, ainsi que les différents agrégats les composant (immobilisations nettes, résultat d’exploitation, etc.).

En vue de la création des agrégats qui seront retenus pour calculer les ratios, différentes vérifications sont effectuées : exhaustivité des comptes analysés, équilibre de la balance reconstituée, équilibre du bilan, égalité entre le résultat du bilan et celui du compte de résultat, etc.

Si des comptes sont identifiés comme non affectés à un poste de bilan ou du compte de résultat, l’utilisateur est averti et peut choisir un poste du bilan ou du compte de résultat pour l’imputer. Tel peut être le cas si par exemple les factures fournisseurs non parvenues sont enregistrées dans un compte 406… (alors que le PCG prévoit le compte 408…).

En second lieu, les ratios sont générés automatiquement.

Une première série de cinq indicateurs principaux correspondant aux tests de défaillance est alors présentée : ratio d’autonomie financière, ratio d’endettement net, ratio de liquidité générale, BFR et rentabilité nette de l’exploitation.

Selon le nombre de FEC importés (trois, de préférence, car « un point ne dessine pas une tendance »), ces informations sont affichées pour N, N-1 et N-2.

Pour chaque ratio, l’utilisateur peut donner une appréciation sur celui-ci (icône sous forme de smiley) et ajouter un commentaire circonstancié (qui sera repris dans le rapport Word).

Une deuxième série d’indicateurs est proposée : FRNG, capacité d’autofinancement (hors éléments exceptionnels), rentabilité des capitaux propres, marge brute, taux de marge, ratio de vétusté et rentabilité globale.

Pour aller plus loin que les indicateurs prédéfinis mentionnés ci-avant, l’utilisateur a, en outre, la possibilité de calculer ses propres indicateurs.

En pratique, la construction d’un ratio personnalisé s’effectue simplement en sélectionnant plusieurs agrégats parmi ceux disponibles (actif net, capitaux propres, immobilisations brutes, produits d’exploitation, charges exceptionnelles, etc.) et en intégrant ces derniers à une formule de calcul comme dans un tableur EXCEL. Par exemple : « Ratio XX = immobilisations brutes / capitaux propres ».

Enfin, un rapport Word complet se génère de manière automatique, en vue de le remettre aux clients.

Au-delà d’une introduction rappelant la définition de la solvabilité d’une entreprise et les objectifs de suivre cet aspect, celui-ci comprend différentes parties.

D’une part, sont repris les indicateurs calculés et, pour chacun d’entre eux, trois informations sont données :

  • Une définition ; par exemple, pour le ratio autonomie financière (capitaux propres / total du bilan) : il permet de mesurer le niveau des financements propres ou internes par rapport au total des financements, des passifs.
  • Les valeurs de ce ratio pour N, N-1 et N-2 ;
  • Des commentaires utiles pour l’interprétation du niveau de ce ratio et de son évolution sur la période en question.

D’autre part, des histogrammes permettent de visualiser graphiquement l’évolution des ratios.

A noter qu’au-delà de la stricte prévention, de façon plus positive, l’évolution des indicateurs sur plusieurs années permet de mesurer la stabilité et la pérennité des entreprises clientes.

Développement by MyFides

Compte tenu des évolutions tant techniques (automatisation de la saisie comptable notamment) que législatives (récente loi « PACTE » en particulier), le développement des cabinets passe nécessairement par l’utilité clients, c’est-à-dire la capacité des cabinets à créer de la valeur pour leurs clients et développer de nouvelles missions pour eux.

Est trop souvent négligé le fait que les meilleurs prospects des cabinets sont déjà et avant tout nos clients ! Lorsque l’on est autorisé à pêcher dans la réserve, aller dans la rivière d’à côté est assez saugrenu…

Les cabinets doivent adopter une « posture clients », soit en pratique les écouter et détecter des besoins souvent non exprimés. Ce serait un tort de penser, comme on peut parfois l’entendre, que « bah non, moi, mon client, je le connais, il n’a besoin de rien ; juste la compta et la liasse ».

L’outil de détection et de développement des missions, « Développement by MyFides », vise précisément à assister les cabinets dans une démarche pro-active.

Il est utile d’indiquer que l’outil proposé par FIDEPROS ne constitue que le vecteur pratique de cette orientation. Les cabinets ne peuvent pas s’exonérer de mener une réflexion stratégique de positionnement, de déployer une (véritable) écoute clients et de disposer des éléments nécessaires et suffisants pour la mise en œuvre (plan d’actions, formations, lettres de mission, guides des missions, etc.).

En pratique, pour un client, « Développement by MyFides » combine plusieurs sources de données : les DSN, les FEC et des diagnostics thématiques.

Chaque source va permettre de détecter des missions potentielles distinctes et peut être utilisée séparément (même si la combinaison des trois débouche logiquement sur un nombre de missions possibles plus important et donne une meilleure image vis-à-vis du client).

Pour les DSN comme pour le FEC, l’objectif est d’utiliser les informations détaillées et pléthoriques contenues dans ces déclarations (obligatoires). Une fois ces données intégrées dans le logiciel, celles-ci sont analysées pour en extraire les éléments pertinents.

Par exemple, l’analyse des DSN permet de mettre en avant :

  • Un taux de recours élevé à des CDD ;
  • L’absence d’une couverture mutuelle ou prévoyance obligatoire ;
  • Une ancienneté importante, laissant présager de prochains départs à la retraite ;
  • La présence d’un turn-over important, révélateur d’un climat social détérioré.

Pour ces cas de figure, des missions sociales en la matière pourront être proposées.

De même, il est possible d’identifier au vu des FEC les situations suivantes et de présenter alors les missions afférentes :

  • Une trésorerie importante (fluctuante ou non en cours d’exercice) et des produits financiers très faibles : une mission d’optimisation des placements ;
  • La présence exclusive d’une rémunération de gérant, d’un résultat net significatif et l’absence de distribution de dividendes : une mission d’optimisation de la rémunération ;
  • L’absence d’intéressement, de PEE, etc. et la présence d’un résultat net significatif : une mission de mise en place d’un dispositif d’épargne salariale.

Pour les diagnostics thématiques, le cabinet choisit parmi les thèmes proposés par l’outil et répond ensuite aux questions prédéfinies.

En fonction des réponses apportées, une liste de missions potentielles d’accompagnement est générée.

Par exemple, pour le questionnaire « full service », les différentes interrogations visent à détecter les besoins du client en matière de gestion administrative courante, d’assistance à la facturation, de relance et de recouvrement des créances clients, de préparation des règlements fournisseurs, de gestion de la trésorerie, etc.

Les missions ainsi identifiées correspondent aux besoins du client et peuvent en conséquence lui être proposées.

En conclusion…

Avec ces deux nouveaux outils, FIDEPROS poursuit son action pour aider les experts-comptables à apporter d’autres prestations à leurs clients. A l’heure où il est plus que jamais question de développer des missions à forte valeur ajoutée, FIDEPROS se présente comme l’allié indispensable des cabinets.

[1] Ouverture n° 106, avril 2019.

About the Author

louis Louis