L’IFEC et sa stratégie de report des élections professionnelles

ECF > Articles > L’IFEC et sa stratégie de report des élections professionnelles
lifec-et-sa-strategie-de-report-des-elections-professionnelle

L’IFEC et sa stratégie de report des élections professionnelles

Non contente d’avoir obtenu le report des élections à la CNCC, voilà que la majorité IFEC du CSOEC va entériner le report des élections au CSOEC pour la fin d’année 2020.

LA PEUR D’ASSUMER LES ÉCHECS

Cette manœuvre n’est qu’un nouveau témoignage de sa volonté d’éviter un débat public sur son piètre bilan à la tête de ces institutions, ainsi que son incapacité à proposer un projet crédible pour la profession.

À LA CNCC, LE REHAUSSEMENT DES SEUILS COMME HÉRITAGE

Alors que les commissaires aux comptes s’apprêtent à subir la pire crise de leur histoire, avec la disparition de 70% de leurs mandats, la gouvernance IFEC de la CNCC a obtenu son report des élections et prive honteusement ses 13 000 membres de toute expression démocratique. A moins que ce report ne se transforme en fin des CRCC…

AU CSOEC, L’INACTION COMME SEULE PRIORITÉ

L’IFEC au CSOEC avait défini 4 priorités capitales à ses yeux pour la profession. Nous vous proposons de dresser un premier bilan puisque la majorité actuelle refuse le débat démocratique :

• Mettre en place la réforme territoriale de la profession : elle n’est toujours pas en place ! Nous vous rappelons qu’il était initialement prévu un mandat de 2 ans pour mettre en place cette réforme. Encore un exemple des nombreux reniements de la majorité en place.

• Restaurer l’influence de la profession : à part un lobbying intensif auprès de Bercy pour obtenir le report des élections, le CSOEC est resté muet et subit sans réagir les volontés gouvernementales.

• Développer le conseil dans la profession : la promesse du CSOEC n’a pas permis aux cabinets libéraux de réaliser 1 centime de chiffre d’affaires supplémentaire sur les 5 milliards annoncés !

• Travailler sur des synergies avec la CNCC : une véritable « réussite » avec un déménagement inutile qui coûtera 45 M€ à la profession !

Au moment où le bateau tangue, il est plus que jamais nécessaire d’avoir un vrai capitaine pour tenir le cap et œuvrer réellement dans l’intérêt de notre profession.

Nous exigeons un réel débat démocratique et le maintien du calendrier initial des élections professionnelles !

About the Author

louis Louis