Comment facturer le prélévement à la source ?

ECF > Articles > Comment facturer le prélévement à la source ?
comment-facturer-le-prelevement-a-la-source

Comment facturer le prélévement à la source ?

La mise en place du prélèvement à la source constitue un coût pour le cabinet avec des dépenses en informatique, en formation, en documentation. Elle représentera nécessairement une charge de travail supplémentaire.

S’il peut être tentant de ne rien facturer de supplémentaire aux clients pour leur faire plaisir, il faudra beaucoup de pédagogie pour qu’ils comprennent le surcoût pour le cabinet et l’avantage qui leur est procuré. Il est donc dans le plupart des cas préférable de transférer le coût du prélèvement à la source au moins en partie sur les clients.

Pour ce faire, plusieurs méthodes de facturation sont envisageables :

Facturation de la transition :
Avantage : sensibilisation du client à la réalité économique de la prestation qui lui est facturée + reconnaissance du travail fourni par les collaborateurs du cabinet.
Inconvénient : perte de la tarification récurrente liée aux évènements.

Augmentation du prix du bulletin de paie :
Avantage : simplicité
Inconvénient : surcoût du prélèvement à la source noyé dans le prix du bulletin = effet potentiellement négatif en terme d’affichage et de communication vis-à-vis du client.

Ajout d’une facturation forfaitaire :
Avantage : sensibilisation et prise en compte de la nouveauté par les clients.
Inconvénient : facturation difficile à justifier l’année suivante.

Il ne s’agit là évidemment que de quelques exemples.

Chaque cabinet doit trouver le mode de facturation adapté à son mode de fonctionnement et à sa clientèle.

About the Author

louis Louis