Les professions comptables toujours dans la tourmente

ECF > Articles > Les professions comptables toujours dans la tourmente
les-professions-comptables-toujours-dans-la-tourmente

Les professions comptables toujours dans la tourmente

DÉCOUVREZ L’ARTICLE « LES ECHOS EXECUTIVES » DE CÉCILE DESJARDINS

 

Rentabilité en baisse, difficultés à recruter, nécessité de se réinventer… Les professionnels du chiffre cherchent actuellement à évoluer, sans grande visibilité.

Pas grand-chose pour remonter le moral des professions du chiffre. L’augmentation redoutée des seuils du commissariat aux comptes n’est pas le seul sujet . Ainsi, une étude récente (1) réalisée par la Fédération ECF révèle que la rentabilité de la mission comptable traditionnelle est en baisse, selon 64 % des professionnels de l’expertise comptable. Une tendance qui date de quatre ou cinq ans, à en croire Jean-Luc Flabeau.

Le président d’ECF l’explique par des « appels d’offres, des mises en concurrence, et une nouvelle génération de dirigeants qui n’hésitent pas à mener des études comparatives sur les prix ». Par ailleurs, plus de 40 % des professionnels sondés estiment que la mission récurrente va être en diminution au cours des prochains mois alors que, jusqu’à présent, le modèle économique classique des cabinets d’audit et d’expertise-comptable reposait en majeure partie sur cette dernière. Autre problème majeur : le recrutement. Ainsi, l’étude révèle que 71 % des répondants éprouvent actuellement des difficultés à recruter.

 

Une adaptation nécessaire

Pour autant, les professionnels restent optimistes : 60 % des experts-comptables interrogés ont déclaré « avoir confiance en l’avenir ». « Je ne suis pas pessimiste : la profession a un avenir, elle peut s’adapter et rebondir », affirme même Jean-Flabeau. Les clefs pour y parvenir ? Tout d’abord mieux répondre aux besoins du client. Concrètement, les cabinets vont devoir proposer de nouveaux services. « Notre raison d’être ne saurait se limiter à la seule mission d’audit et ce constat doit nous pousser à réinventer notre métier », détaille le président d’ECF.« Que ce soit pour la liasse fiscale ou pour la clôture des comptes, nous sommes trop souvent perçus comme un achat contraint. Quand nous allons vers des sujets qui intéressent vraiment les dirigeants d’entreprise, comme celui de la fraude, et que nous identifions des problèmes de procédures internes, nous répondons beaucoup plus aux attentes. Il faut une valeur ajoutée à nos missions, et pas uniquement une validation de la conformité réglementaire », conseille Jean-Luc Flabeau.

Une évolution qui implique une véritable adaptation des cabinets qui doivent aussi aller vers davantage de collaboration. « Il nous faut sortir de l’individualisme et mettre en commun nos moyens », résume-t-il. De fait, 72 % des sondés plébiscitent « les synergies avec d’autres cabinets pour monter en puissance » notamment l’intelligence artificielle, le big data ou encore les approches prédictives. Autant de sujets sur lesquels la profession pourrait facilement se faire ubériser. « La data est l’or noir de demain, mais il nous faut y faire attention : si nous ne proposons pas une vraie réflexion sur le sujet, d’autres acteurs vont se saisir du marché à notre place », explique Jean-Luc Flabeau. Un vrai virage à prendre. Pas sûr que tous les cabinets tiennent la route.

 

(1) – Sondage réalisé en ligne en mai 2018 auprès de 500 experts-comptables par ECF

 

RETROUVEZ L’ARTICLE DE CÉCILE DESJARDINS ICI.

Télécharger le communiqué de presse : cliquez ici.

Télécharger tous les résultats de l’enquête : cliquez ici.

 

About the Author

louis Louis