“Bourrasque ou tempête” : éditorial de Jean-Luc FLABEAU

ECF > Articles > “Bourrasque ou tempête” : éditorial de Jean-Luc FLABEAU
bourrasque-ou-tempete-decouvrez-en-exclusivite-leditorial-de-jean-luc-flabeau

“Bourrasque ou tempête” : éditorial de Jean-Luc FLABEAU

Le Magazine OUVERTURE sera prochainement dans vos boites à lettre et sera disponible en téléchargement dans notre prochaine Newsletter. Dans l’attente, ECF vous propose de prendre connaissance en avant-première de l’éditorial de Jean-Luc Flabeau intitulé « Bourrasque ou tempête ».

“Affrontons-nous une simple bourrasque plus qu’une véritable tempête ? Nous manquons encore de recul pour en juger.

Les vents soufflent fort tandis que nous perdons de vue nos repères, condamnés pour un temps à avancer à tâtons.

C’est ainsi que les structures de notre marché, telles que nous les concevions traditionnellement s’étiolent lentement. Avec le projet de loi Pacte, même si rien n’est définitif, nous constatons, ce que nous pressentions : notre cadre réglementaire n’est pas immuable. Un constat en matière de commissariat aux comptes qui pourrait trouver écho, s’agissant de l’expertise comptable, fait l’objet d’un nouveau débat au niveau européen.

Dans le même temps, l’IA, les datas, la blokchain… bousculent à marche forcée les valeurs, les comportements et les modes de production. Et personne ne sait dire quand et d’où viendra cette nouvelle innovation que nous ne savons encore décrire mais qui bouleversera encore un peu plus notre marché.

En ressort cette désagréable sensation de ne plus totalement maîtriser notre destin. Or subir n’est pas dans notre ADN de chef d’entreprise. Par essence, nous décidons et nous avançons. Comme nous aidons nos clients à le faire.

Dans ce type de circonstances, pour guider nos choix et tracer notre route, il est précieux de pouvoir compter sur quelques principes essentiels.

Le premier est darwinien : même chétifs, ceux qui ne cessent de s’adapter surclassent généralement jusqu’aux plus robustes.

Le second tient à l’objectif que nous devons poursuivre : être utiles à nos clients ! Leur apporter la valeur ajoutée qu’ils espèrent. Une valeur ajoutée qu’une contrainte réglementaire ne saurait à elle seule incarner. Une valeur ajoutée que le numérique déplace. Une valeur ajoutée protéiforme, selon la typologie de nos clients.

En somme, beaucoup d’entre nous s’essaient à un difficile travail de remise en question et d’anticipation.

Pour ce faire, nous bénéficions de formidables atouts : nous sommes un collectif de professionnels, capables de partager nos expériences – échecs et réussites – de confronter nos points de vue et de mettre en commun nos moyens. Seul on va plus vite… ensemble on va plus loin !

Plus encore, nous partageons une éthique professionnelle qui, j’en suis convaincu, représente de manière croissante une valeur essentielle aux yeux du marché et qui nous distingue de bien des concurrents potentiels.

Nous devons accentuer ces atouts. Car pour nous adapter c’est avant tout sur nous-même que nous devons compter. Ainsi, il me semble essentiel de consolider notre rassemblement autour de notre diplôme. Un diplôme que nous devons bien mieux maîtriser, afin d’en assurer l’adaptation rapide et permanente aux besoins de notre marché.

Plutôt qu’un régime de spécialisation lourd et complexe, nous devons créer des formations certifiantes de haut niveau et adaptées aux missions que nous pouvons vendre.

Et enfin, nous devons renchérir à la mise en commun de moyens de manière à nous distinguer, ensemble, de nos concurrents.

Après la tempête, le beau temps ne vient-il pas assurément ?”

 

Télécharger l’article ici.

About the Author

louis Louis