La spécialisation : non à l’encadrement !

ECF > Articles > La spécialisation : non à l’encadrement !
specialisation-non-a-lencadrement

La spécialisation : non à l’encadrement !

Le Conseil supérieur de l’Ordre a lancé un projet visant à reconnaître, valoriser, distribuer, réguler et contrôler les spécialités des experts-comptables. Réunis en session cette semaine, les élus ont examiné la proposition de la nouvelle majorité IFEC.

Proposition qui pose plusieurs questions : est-ce à l’Ordre de gérer ces spécialités ? Les experts-comptables ne sont-ils pas suffisamment formés pour déterminer ce qui est bon pour leur chiffre d’affaires ? Quel sera l’avenir de notre diplôme commun ? Quelles nouvelles contraintes infligera-t-on aux cabinets ? A qui profitera cette mesure ?

ECF souhaite :

  • Respecter la liberté d’entreprendre des experts-comptables et leur laisser le soin d’organiser leurs cabinets comme ils le souhaitent. Ils sont 49.3% à affirmer avoir une spécialité. 83.8% des consœurs et des confrères estiment toutefois que l’Ordre n’a pas à s’immiscer dans la gestion des activités commerciales internes aux cabinets. C’est aussi la position d’ECF.
  • Conserver le DEC tel qu’il est aujourd’hui. La qualité de notre formation initiale permet déjà aux experts-comptables de proposer une variété de missions étendue. Les professionnels se spécialisent avant tout par la pratique, l’expérience et la formation continue. C’est pourquoi 94.1% d’entre eux ne souhaitent pas ajouter de spécialités au diplôme d’expertise comptable. Mais ne négligeont pas les évolutions des programmes du DCG et du DSCG ainsi que l’adaptation du contenu des formations du DEC sans pour autant y introduire des spécialisations.
  • Favoriser les compétences et les formations diplômantes à travers des partenariats avec les universités, les écoles et les organismes de formation.
  • Préserver l’unité entre les experts-comptables en évitant de créer une profession à deux vitesses. Faire reconnaître nos compétences et notre expertise au-delà de notre activité traditionnelle ne doit pas conduire à développer un clivage qui a pu exister entre les comptables agréés et les experts-comptables. Aux premiers la tenue comptable et les déclarations fiscales, aux seconds l’expertise issue de la spécialisation.
  • Alléger les contraintes qui pèsent sur les cabinets en termes de contrôle qualité. Reconnaitre et encadrer les spécialités entraîne automatiquement des contrôles supplémentaires. ECF est conscient des lourdeurs de ces démarches pour les professionnels et c’est pourquoi nous nous opposerons à toutes mesures qui engendreraient de nouvelles obligations.

Annexes

  • Résultats de l’enquête “La Specialisation en question(s)” ici. (document PDF)
  • Table ronde au Congrès de Bordeaux : La spécialisation en question

About the Author

louis Louis