Réponse d’ECF à la lettre ouverte des présidents de l’ANECS et du CJEC

ECF > Articles > Réponse d’ECF à la lettre ouverte des présidents de l’ANECS et du CJEC
reponse-decf-a-la-lettre-ouverte-des-presidents-de-lanecs-et-du-cjec

Réponse d’ECF à la lettre ouverte des présidents de l’ANECS et du CJEC

Permettez-nous, tout d’abord, de vous dire combien nous sommes heureux de voir ce que sont devenus l’ANECS et le CJEC, que Joseph ZORGNIOTTI a eu l’honneur de présider il y a « quelques » années, succédant ainsi à Agnès BRICARD qui venait de le créer.

Ce n’est donc pas un hasard, comme vous le reconnaissez vous-même, s’ils ont autant fait pour les jeunes lors de leurs présidences respectives du Conseil supérieur de l’Ordre. Mais nous pensons aussi à Jean-Marie VIAL, Jean-Bernard CAPPELIER et Gilles GAMBARO qui ont également présidé le CJEC. Ils gardent de cette période une sensibilité aigüe aux problématiques touchant les jeunes professionnels, ce qu’ils ne manquent pas d’exprimer dans leurs responsabilités d’élus du Conseil supérieur  de l’Ordre. L’ANECS et le CJEC sont aujourd’hui des associations respectées, des interlocuteurs légitimes, grâce à leur utilité concrète pour des milliers de (futurs) consœurs et confrères.

 

 

Concernant les experts-comptables et commissaires aux comptes stagiaires :

Attractivité :

ECF a fait de l’attractivité de notre profession un pilier de son projet pour la prochaine mandature avec :

  • La généralisation, à toutes les régions, des licences professionnelles initiées par la présente mandature. Ces licences correspondent aux besoins des cabinets : collaborateur social, fiscal, audit légal, système d’information…
  • La création d’une « Ecole de la Profession Comptable », administrée par des représentants de la profession, des entreprises et de l’enseignement ;
  • La valorisation de la marque EC/CAC et des métiers de la comptabilité, du social et du fiscal auprès des lycées et des structures d’orientation (CIO, CIDJ, AFPA…) ;
  • La création d’une série télévisée mettant en valeur des professionnels passionnés par leur métier.

 

Intégration dans la profession :

Le sentiment d’intégrer la profession doit être acquis dès le stage, ce que la présente mandature, en partenariat avec l’ANECS, a consacré avec :

  • La mise en place d’une charte du stage, complétant le contrat de travail et rappelant les obligations éthiques réciproques du maître et du stagiaire.

Nous souhaitons également œuvrer pour :

  • La mise en place d’un suivi rapproché des stagiaires non diplômés du DSCG par le contrôleur de stage, notamment pour la préparation et l’inscription aux épreuves ;
  • Le lancement de formations obligatoires gratuites par les IRF pour la préparation aux épreuves des UE manquantes ;
  • La création d’une formation postuniversitaire pour permettre aux étudiants de Master 2 CCA de préparer les UE 1 et 4, ce qui aura pour effet de doubler les chances de réussite.

 

Faciliter l’accès au DEC :

Le coaching mémoire qui consiste à faire accompagner un mémorialiste par un expert-comptable expérimenté constitue une des plus belles mises en œuvre concrètes du principe de confraternité, auquel ECF est viscéralement attaché. Nous soutenons, bien sûr, le dispositif mis en place entre la FAROEC (Fédération des Associations de Retraités Experts-comptables et Commissaires aux comptes), l’ANECS et la présente mandature du CSOEC, et inciterons les CRO qui ne l’ont pas encore fait à le mettre en œuvre.

 

Concernant les jeunes diplômés :

Intégration à l’Ordre :

Dans le cadre de son action en faveur de l’exercice libéral, ECF a été à l’initiative de mesures historiques pour faciliter l’inscription des jeunes diplômés : suppression du droit d’entrée et réduction des cotisations pour les nouveaux inscrits à l’Ordre ; suppression de la cotisation au régime de base CAVEC pour les salariés inscrits à l’Ordre… Nous souhaitons poursuivre cet effort en réduisant significativement la part fixe des cotisations à la Compagnie.

Par ailleurs, nous proposons d’offrir chaque année aux jeunes diplômés du DEC, durant leurs trois premières années d’exercice, deux journées de formation, une en expertise comptable, une en commissariat aux comptes.

 

Faciliter l’installation :

L’installation n’a jamais été aisée, et l’est encore moins en période de crise. Une bonne méthode pour trouver rapidement de l’activité est de travailler en collaboration avec des cabinets. C’est pourquoi nous poursuivrons le travail la promotion de la bourse de co-traitance du CJEC pour mieux la faire connaître au sein de la profession, et notamment au niveau des CROEC.

De plus, nous généraliserons les mesures déjà prises pour faciliter l’accès des jeunes aux événements de la profession tels que le Congrès, afin de faciliter les contacts confraternels susceptibles de les aider à s’installer.

 

Représentation des jeunes dans l’environnement professionnel

Les élus de l’Ordre ou de la CNCC à la CAVEC représentent l’institution et non des intérêts syndicaux ou associatifs. Il est donc difficile d’attribuer un de ces sièges sur la base d’une quelconque appartenance. En revanche, nous nous engageons à réserver un de ces sièges au plus jeune membre élu de notre liste.

 

Pour nos deux institutions :

Représentativité :

Il n’a jamais été autant fait concrètement en faveur de la représentativité de l’ANECS et du CJEC que sous la mandature actuelle : présence systématique de leurs représentants lors des tables rondes de la profession, implication forte des deux organisations dans la préparation du Congrès de l’Ordre… Vous pouvez donc compter sur ECF pour poursuivre cette politique et maintenir un haut niveau de consultation des deux organisations pour les décisions engageant l’avenir de la profession.

 

Pratique de l’Audit :

Avec l’attractivité, ECF a fait de l’unité de la profession le deuxième pilier de son projet pour la prochaine mandature. Nous savons que la politique actuelle en matière d’audit légal a pour effet d’exclure nombre de cabinets, et particulièrement les nouveaux inscrits. Nous prônons la pluridisciplinarité des cabinets exerçant les deux missions. Notre programme vise à restaurer le principe d’équité à la Compagnie, notamment en interdisant les pratiques de « short lists », en créant un département « Petites Entités », en défendant et en étendant le co-commissariat en France, en réduisant de 20h à 10h l’obligation de formations homologuées pour permettre aux cabinets de réorienter la formation comme un outil stratégique du cabinet plutôt que de la subir comme une obligation contraignante…

 

Europe :

L’Europe est très présente dans notre paysage professionnel, notamment par le biais de la réglementation. La France constitue une véritable exception culturelle, qu’il convient de défendre et promouvoir. Cela passe par une stratégie d’influence dans les autres états membres de l’UE et auprès des institutions communautaires. Nous regrettons le peu de synergie entre le CSOEC et la CNCC sur ce sujet. Nous faisons de l’international un des chantiers prioritaires de la prochaine mandature, et un des sujets prioritaires de synergies entre CSOEC et CNCC, avec la formation initiale et continue, les normes comptables, le juridique, la communication, la déontologie et les locaux

About the Author

ecf