Stop à l’acharnement sur la profession du chiffre

ECF > Articles > Stop à l’acharnement sur la profession du chiffre
stop-a-lacharnement-profession-chiffre

Stop à l’acharnement sur la profession du chiffre

Le Ministre de l’Action et des Comptes publics a déclaré hier sur le dossier du prélèvement à la source qu’il sera « particulièrement attentif à ce que les experts-comptables et les éditeurs de logiciel n’appliquent pas de surcoûts pour un service qui ne devrait pas en donner » et a ajouté que « si … un expert-comptable venait à leur facturer un service qui est rendu gratuitement par l’administration, [les entreprises] peuvent toujours changer … d’expert-comptable ».

Après les commissaires aux comptes, au tour des experts-comptables !

Ce gouvernement, qui s’apprête à décimer la profession de commissaire aux comptes et à supprimer des milliers d’emplois dans nos cabinets (lien), s’attaque désormais aux experts-comptables. Après le projet de police fiscale présenté il y a quelques jours (lien), Gérald Darmanin récidive.

Ses propos tendent à faire croire que notre profession profite du système et constituent une nouvelle attaque insupportable de la part de notre propre Ministère de tutelle.

Face à cet acharnement, la profession doit rester unie. Il est grand temps de réaffirmer l’autorité de l’institution auprès des pouvoirs publics conformément à la priorité annoncée par la mandature actuelle. ECF soutiendra les initiatives qui iront dans ce sens.

Ne renversons pas les responsabilités !

C’est l’Etat qui crée de la complexité et fait peser les coûts sur les entreprises. C’est aussi l’Etat qui a décidé seul que la collecte de l’impôt serait dorénavant faite par les entreprises.

Nous n’avons pas choisi ce métier pour être des fonctionnaires de Bercy.

Nous, experts-comptables, préférons servir nos clients car seule compte leur reconnaissance dans la valeur de nos services.

Nos professions du chiffre sont des activités réglementées présentant des garanties déontologiques fortes. Notre engagement, à la fois auprès des entreprises et au service de l’intérêt général, n’est plus à démontrer.

Dans un marché concurrentiel, la déclaration du ministre est inacceptable.

Les cabinets sont libres de facturer leurs prestations d’accompagnement pour la collecte de l’impôt par les entreprises et de fixer leurs tarifs pour la surcharge de travail qu’engendra inévitablement le prélèvement à la source.

ECF demande à être reçu dans les plus brefs délais par Gérald Darmanin pour lui faire prendre conscience des conséquences pour les services de l’Etat d’une mise en place du PAS sans l’appui des experts-comptables. Nous rappellerons aussi au Ministre que la profession comptable mérite une meilleure considération de l’Etat !

About the Author

louis Louis